Accueil du site > Infos Pratiques > Couper-Mixer ou le montage des musiques pour un programme

Couper-Mixer ou le montage des musiques pour un programme

16 janvier 2012

Les ordinateurs ont le "copié-collé", les compétiteurs en patinage artistique ont le "coupé-mixé". Derrière ce titre un peu énigmatique, se cache un problème fréquent pour celles et ceux qui font de la compétition : la musique. Il faut déjà avoir une musique, ce qui n’est pas forcément si immédiat que cela : il faut que cela convienne pour une chorégraphie (pardon, un "programme") et que ce soit adapté à l’âge de celui ou celle qui va l’exécuter, etc. Enfin, cerise sur le gâteau, la musique en question doit faire une certaine durée, fixée par le règlement de la compétition.

Bref, on est presque systématiquement amené à jour les DJ et à produire, d’après le morceau original, une musique qui rentre dans les critères annoncés. Cet article vous présente une technique simple, aidée d’un peu d’informatique, permettant de produire la fameuse musique. La procédure est peu coûteuse puisque les deux logiciels utilisés sont gratuits et disponibles sous toutes les plateformes (mac, linux, windows).

De quoi a-t-on besoin ?

- la musique originale, à voir avec l’entraîneur ; c’est aussi lui/elle qui va vous dire quelle durée doit faire la musique finale ;
- un logiciel d’édition sonore (j’ai choisi Audacity, on y reviendra après) ;
- un logiciel de mixage (j’ai choisi Myna, on y reviendra après également) ;
- environ 2h de calme, papier, crayon

Le repérage

Dans la majorité des cas, la musique est trop longue. Il faut donc choisir ce qu’on enlève. Avec un peu de chances, ce qu’on garde est au milieu et d’un seul tenant. Mais dans d’autre cas, on garde des bouts ici et là qui une fois assemblés font le morceau final. Ce qui va suivre s’adresse à cette dernière situation, si vous êtes dans le premier cas, vous pourrez facilement simplifier la procédure.

On va commencer par écouter plusieurs fois le morceau afin de se le mettre bien en tête et de regarder si un extrait de la durée recommandée permet de s’en tirer. Si oui il n’y a qu’à couper de part et d’autre, et éventuellement de jouer avec le volume pour faire un démarrage et une fin acceptables. Si cela n’est pas possible, il faut se faire un petit schéma du morceau. Beaucoup de musiques sont organisées en plages qui sont ensuite enchaînées pour former le morceau final. Là il s’agit de retrouver les plages, en prenant soin de noter quand (le temps approximatif) on passe d’une plage à l’autre. Il peut être aussi utile de noter si la plage contient un motif qui se répète (combien de fois) et au final combien de temps dure chaque plage.

Par exemple, on a un morceau de 3 min 26. Il faut le réduire à 2 min. Couper un morceau de 2 min dedans ne donne rien : soit le morceau n’a pas de début, soit il n’a pas de fin. On a alors cherché à décomposer le morceau en plages assez homogène. Au passage on a remarqué que les deux premières étaient en fait constitués d’une même mélodie, répétée deux fois. Ceci nous permettra plus part de conserver les deux plages, mais de ne conserver qu’une mélodie à chaque fois, afin d’éviter que le morceau soit trop répétitif. On est arrivé à un petit schéma comme ceci :

Exemple de schéma de répérage

Coupez !

C’est là qu’on a besoin du logiciel d’édition sonore. J’ai choisi Audacity. C’est un logiciel libre et opensource, à installer, fonctionnant sous mac, linux ou windows. Il va permettre d’extraire du morceau original les plages sonores qui nous intéressent. Il permet aussi de mixer (mais il est moins pratique selon moi que Myna) et d’effectuer beaucoup de manipulations sur les sons. Audacity est téléchargeable ici.

Une fois le logiciel installé, on l’exécute et on ouvre le fichier original à découper.

Pour cela on numérote sur papier chaque plage qui semble utile et ensuite on exporte chacune depuis le morceau initial avec Audacity. La découpe n’a pas besoin d’être à la milliseconde près, Myna permet de faire du fading sur les pistes (réglage du volume sonore). On "cadre" la plage un peu plus large afin d’être sûr qu’il ne manque rien, cela permettra de faire un enchaînement de façon confortable. On fera le calage à l’oreille avec Myna.

Pour extraire une plage sonore c’est très simple. En haut à droite du logiciel il y a une loupe. On l’utilise pour zoomer sur le morceau de façon à avoir à l’écran une dizaine de secondes. Cela permet de visualiser la piste sonore et de mieux repérer les zones de sélection. Le son apparaît sous la forme d’une bande présentant des pics (volume du son élevé) et des creux (volume du son faible). En utilisant l’échelle de temps ou bien le lecteur de son intégré on localise facilement le début et la fin de la plage. On clique (gauche) alors sur l’une (début ou fin) et on fait glisser (sans relâcher le clic) jusqu’à l’autre (fin ou début) pour faire une sélection. Puis dans le menu "Fichier" on choisit "Exporter la sélection...". Là on donne comme nom de fichier le numéro de la plage notée sur le papier et on enregistre. Et on recommence jusqu’à avoir fait toutes les plages utiles.

Interface de Audacity

Mixez !

Maintenant que le morceau initial est sous la forme de petit bouts, on va pouvoir assembler les plages de façon à obtenir le morceau final. On peut se faire au préalable un petit plan si on a déjà une idée du résultat souhaité. Dans tous les cas, le logiciel de mixage permet de manipuler très facilement les plages, on pourra donc placer et écouter et construire petit à petit le morceau.

Le second logiciel utilisé est donc Myna http://advanced.aviary.com/tools/myna de Aviary. C’est un logiciel en ligne, qui s’utilise à travers un navigateur et qui nécessite la création d’un compte, gratuit. Il donne en outre accès à une importante bibliothèque de sons (pour ceux qui ont l’âme créatrice). On aurait pu utiliser autre chose. Celui-ci je l’aime bien car il est simple et très fonctionnel.

On n’est pas obligé de créer le compte en ligne immédiatement, cela se fera lors de la sauvegarde du ficher produit. Il faut juste bien comprendre que c’est un outil en ligne, qui demande à ce que toutes les données utilisées soient stockées en ligne, afin que le mixage puisse être réalisé. Un fois terminé on peut tout effacer si on le souhaite. Aviary propose une communauté d’utilisateurs, on peut donc y publier ses propres créations si on le souhaite.

Une fois sous Myna, on commence par importer les plages utiles. Pour cela, on sélectionne le menu "File", "Import Audio..." et de là on désigne chaque plage (une par une, un peu de patience). A chaque fois trois écrans sont traversés : le premier permet de sélectionner la plage, les deux autres servent à définir des mots clés et d’autres informations dans le but de constituer une librairie. Si on ne laisse rien en ligne après, on peut laisser vides les champs des écrans 2 et 3. Sur le dernier écran on clique sur upload et on attend que le fichier soit transféré de l’ordinateur vers les serveurs (puisque c’est un logiciel en ligne, tout est stocké en ligne).

Ensuite, en bas à gauche on allume (vert) "Imported" (ce qui fait apparaître à droite les morceaux téléchargés) et on éteint (gris) "Library" (ce qui fait disparaître l’accès à la librairie en ligne de musiques liée au logiciel et accessoirement ça augmente l’espace de mixage à l’écran).

Après on ordonne les plages pour former le morceau. Pour cela on place un morceau par piste, en faisant glisser le morceau de la colonne de droite sur la piste. Pourquoi un morceau par piste, simplement parce que ça permet de déplacer facilement le morceau dans le temps sans toucher au reste et même d’ignorer le morceau en question en inhibant la piste (mute). On peut déplacer le morceau pour le faire commencer où on veut (là aussi à la souris) ce qui est pratique pour caler les plages les unes par rapport aux autres. On écoute après chaque manipulation afin de vérifier le calage dans le temps. On peut aussi s’aider du zoom pour "voir" le son qui est joué.

Interface de Myna

Afin d’enchaîner mieux les pistes, on règle le volume durant la transition entre deux plages. Pour cela, chaque piste est pourvue d’un bouton "auto". Lorsqu’on clique dessus, on fait apparaître trois autres boutons. C’est le premier qui nous intéresse : fade. Il rajoute à la piste en question une zone permettant de régler le volume de la piste au moyen d’une courbe. Il y a deux marqueurs aux extrémités (gros, carrés, gris) . En les bougeant on déforme la courbe blanche représentant le volume sonore. On peut ainsi mettre en sourdine la fin de la plage en cours et monter le son de la plage suivante. On ajuste tout ça à l’oreille également. Cela permet d’avoir un meilleur raccord entre deux plages et d’éviter de couper à la milliseconde près dans Audacity.

La copie d’écran ci-dessous montre dans le logiciel un fading. On a ajusté les volumes pour que le volume de la piste 1 chute rapidement et que dans le même temps celui de la piste 2 arrive à sa valeur normale. Avec un peu d’oreille le raccord se fait très facilement. Rapidement, on ne peut plus se passer de ce truc là !

Fading avec Myna

Quand on est satisfait, il suffit d’enregistrer son projet (c’est là qu’il faut créer un compte en ligne, c’est gratuit). On est automatiquement redirigé vers l’outils de mixdown dont le rôle est d’assembler les plages pour ne former qu’un seul fichier son. En fin d’opération on peut télécharger le résultat pour le conserver chez soi, au format MP3 ou bien WAV. Je vous conseille MP3, c’est moins volumineux et plus universel.

Effacez vos traces !

Quand tout est fini, que le morceau crée est téléchargé chez nous et qu’on a vérifié en l’écoutant que tout était bon, on fait le ménage : dans le menu "Tracks", on fait un "Clear all tracks and reset" ce qui libère tous les morceaux qu’on a importé. On peut alors les supprimer (une icône poubelle à droite de leur nom). Ensuite, en allant dans son compte en ligne chez Aviary, on peut avoir accès à ses créations. Si on ne veut pas les conserver en ligne, il suffit de cliquer sur leur nom et dans la page suivante un menu permet de les supprimer. Par défaut les créations ne sont pas publiques, vous seul y avez donc accès. Sur le site d’Aviary vous trouverez également dans la communauté des artistes (dont vous faites maintenant partie) des créations publiées, d’autres outils et des tutoriaux (en anglais seulement).

Enfin, pour ceux qui se sentent l’âme artistique, la partie « Library » de Myna donne accès à la librairie « Quantum Tracks » contenant de nombreux morceaux à mixer, avec beaucoup de styles musicaux.

Bon mix !

Liens / Logiciels utilisé

- Audacity http://audacity.sourceforge.net/?lang=fr
- Myna http://advanced.aviary.com/tools/myna

SPIP | | Plan du site | Mentions Légales